Pourquoi neutraliser ou dégenrer le français?

Le genre neutre demeure manifeste dans plusieurs autres langues d’héritage latin et/ou germanique (l’anglais et l’allemand, par exemple), et se voit même de plus en plus réintégré à la pratique de la langue écrite et orale (avec le they singulier en anglais, par exemple).

Comment dégenrer, à travers notre discours oral et écrit pour inclure la présence de personnes aux expressions de genre variées, alors même que la langue française efface ces différences en les rapportant toutes au genre masculin?

Dégenrer la langue permet de manifester son respect et d’inclure toutes les personnes présentes, quel que soit leur genre.

En pratique

L’inclusif peut être binaire (inclure deux options) ou non binaire (inclure plus de deux options).
Exemple :
• les participantes et les participants (inclut deux options)

• les participant·e·s ou participantEs (inclut plus de deux options)

• il(s) ou elle(s) ; celui ou celle ; celles et ceux (binaire) • ille(s), iel(s) ; cellui; celleux ou ceuzes (non binaire)

l’épicène
(désigne un terme n’apposant
pas un genre en particulier) : bénévole, interprète, artiste, collègue, camarade, partenaire, élève, parent, enfant, personne, responsable, activiste, auxiliaire... Cela permet aussi parfois d’alléger la langue. • Mon travail en tant qu’auxiliaire en santé...
• X est une personne très compétente.
• L’élève est à l’écoute de ses collègues en classe.
• La présence d’un·e interprète est garantie durant l’événement.

D’autres moyens sont moins habituels et peuvent demander un temps d’entraînement pour être bien maîtrisés, ce qui ne les rend pas moins bénéfiques ni plus complexes.
Par exemple, les accords de certains mots peuvent être adaptés à l’écrit et à l’oral de manière à intégrer les genres grammaticaux masculin et féminin :
• de nombreuxes étudiant·e·s
• un·e contributeurice informé·e • iel est heureuxe et motivé·e

Le fait de porter attention à l’usage des pronoms et des accords (binaires ou non binaires) utilisés par chacun·e est une marque importante de respect envers l’identité et l’expression de genre de chacun·e.