top of page

Trans-Former une société.

Comment les professionnel.le.s du travail social peuvent s'impliquer pour facilité l'accès aux personnes trans et non-binaires à leur service.


Samuel Desbiens, directeur général de Trans Mauricie Centre-du-Québec le souligne souvent, les personnes trans et non-binaires sont parmi les personnes les plus vulnérables de notre société, il est temps de TRANS-FORMER notre société en une société inclusive aux personnes trans et non-binaires, Samuel espère rejoindre le plus de gens possibles avec ce message afin que les personnes trans et non-binaires aient accès aux services sociaux sans craindre la transphobie.


Samuel dans ses interventions entend souvent les gens dirent '' je ne suis pas transphobe '' pour certains cette affirmation est vraie et ressentie, mais pour d'autres elle est fausse, simplement parce les gens en général ne sont pas conscients que la transphobie peut-être subtile.


La transphobie

  • Aversion et préjugés envers les personnes transgenres et non-binaires.

  • Peur irrationnelle et incompréhension de la transidentité.

  • Incrédulité ou remise en cause du prénom et pronom choisis ou de l’identité de genre ou expression de genre de la personne.

  • Langage injurieux.

  • Intimidation, discrimination, rejet, abus et violence physique et psychologique.

  • La transphobie tue

La transphobie subtile

Exemples:

  • Les personnes trans peuvent se voir refuser des emplois, mais on ne leur dira pas que la cause est le fait qu'elles soient trans.

  • Perdre son emploi suite à une sortie du placard sans même tenir compte des nombreuses années de loyauté, mais on ne leur dira pas que la cause est le fait qu'elles soient trans.

  • Ne pas avoir une promotion parce qu'elle est une personne trans, on dira à la personne qu'un collègue avait plus d'expériences et de compétences pour ce poste.

  • Refus d'un logement ou des soins de santé, simplement parce qu’elles sont des personnes trans.

  • Croyance que les rôles traditionnels de genre sont les seuls acceptables dans la société.

  • Ne pas utiliser le bon prénom et pronom choisi par la personne concernée.

  • Dire que la non-binarité n'existe pas.

Certaines personnes sont transphobes involontairement parce qu’elles n’ont aucune ou peu information sur les transidentités ou n'ont pas la chance de connaître personnellement une personne trans.


Le rôle des professionnel.le.s du travail social?

Aider concrètement les personnes confrontées à des réalités sociales difficiles: la violence familiale, la perte d’autonomie ou la pauvreté, par exemple. (Source; Éducaloi)


Comment?

En leur permettant de trouver eux-mêmes des solutions lorsqu’iels rencontrent ces difficultés. Les professionnel.le.s du travail social sont formés pour connaitre le fonctionnement et les problèmes de la société, mais aussi les comportements humains. Souvent, iel.le.s se spécialisent pour s’adresser efficacement à un groupe précis, les adolescents, par exemple. Leur force, c’est de savoir analyser des situations sociales compliquées et construire des programmes d’aide adaptés. (source: Éducaloi)


Comment se trans-former en professionnel.le.s du travail social trans affirmatif?


Les bonnes pratiques transaffirmatives visent à:

  • Soutenir les personnes trans et non-binaires dans leur parcours de transition

  • Valider leur identité de genre ou expression de genre affirmée

  • Défendre leurs droits

  • Sensibiliser sur les enjeux trans

En tant que professionnel.le.s du travail social, vous avez le rôle de dénoncer les injustices sociales et oppressions que vivent certaines populations vulnérables. Les professionnel.le.s du travail social doivent se former et comprendre les réalités que vivent les personnes trans et non-binaires , afin d’apporter une TRANS-FORMATION aux structures de vos services et d’incorporer les pratiques transaffirmatives dans vos interventions.


Trans Mauricie Centre-du-Québec constate que plusieurs professionnel.le.s du travail social ne sont pas préparé.e.s par leur direction à l'accueil et à intervenir auprès de personnes trans et non-binaires afin de mettre en oeuvre les bonnes pratiques transaffirmatives. Ces une responsabilité qu'on les directions des établissements de la santé et des services sociaux, scolaires et communautaires de voir à ce que les professionel.le.s du travail social reçoivent une formation sur les bonnes pratiques trans affirmatives pour être à l'aise de donner le service adéquat aux besoins de cette population.


Les personnes concernées en ont assez de rencontrer des obstacles dans leur processus de transition en ce qui concerne une demande d’aide en santé et services sociaux.


Trans Mauricie/Centre-du-Québec décrit les lacunes des services de santé et services sociaux de son territoire comme suit:

  • Manque de disponibilité des services adaptés aux personnes trans et non-binaires dans le réseau de la santé et des services sociaux publics.

  • Longues listes d'attentes de certain.e.s professionnel.le.s de la santé trans.

  • Une bonne partie de la population trans est sur le seuil de la pauvreté.

  • Dépenses pour avoir un service disponible hors de notre région.

  • Coût non abordable pour un suivi de sa dysphorie de genre auprès des professionnel.le.s de la santé trans au privé.

  • Coût non abordable de la lettre d'un.e professionnel.le de la santé trans au privé donnant accès à l'hormonothérapie et les chirurgies.

  • Pas ou peu d'accès à des professionnel.le.s formés dans le réseau public pour diagnostiquer la dysphorie du genre et émettre la lettre d'accès à l'hormonothérapie et les chirurgies.

  • Coûts élevés des chirurgies et traitements non assurés (exemple: épilation au laser, augmentation mammaire, opération de la pomme d'Adam).

  • Manque de politique dans les établissements en santé et services sociaux, scolaires et communautaires contre la discrimination de la population concernée, et ce malgré les lois ajoutées à la charte des droits et libertés de la personne pour contrer la transphobie.

Samuel se demande encore comment est-il possible que les personnes trans et non-binaires doivent encore payer pour leur diagnostic de dysphorie du genre. Une souffrance réelle qui a des effets négatifs sur leur santé mentale et physique ainsi que sur leur bien-être général. Pourquoi sont-elles traitées différemment des autres gens de la population pour des soins sur leur santé physique et mentale?



Trans Mauricie/Centre-du-Québec est un organisme subventionné par le PSOC du Ciusss de la Mauricie et du Centre-du-Québec et qui a pour mission d’accueillir, soutenir et référer les personnes trans, en questionnement ainsi que les proches. Démystifier, sensibiliser et former à la transidentité dans les écoles (primaires, secondaires, cégeps, université), milieux jeunesse, organismes communautaires, milieux de travail et de la santé et services sociaux afin de faire connaitre la réalité trans et de sensibiliser la population aux effets négatifs de la transphobie.


L'équipe d'intervention de Trans Mauricie/Centre-du-Québec a été bien formée dans l'intervention auprès des personnes concernées par la transidentité.


Peu importe dans quels types de milieux vous pratiquez votre profession de professionel.le du travail social, Trans Mauricie/Centre-du-Québec à une formation à la transidentité adaptée pour vous. Notre approche se fait en douceur et sans tabou, ce qui nous motive, c'est bien entendu que chaque participant.e à la fin de la formation se sente en confiance et à l'aise d'intervenir auprès d'une personne trans ou non-binaire. Les bonnes pratiques transaffirmatives, ça s'apprend.


Adapter votre environnement pour le rendre plus ouvert inclusif et sécuritaire pour les personnes trans et non-binaires est aussi une bonne pratique transaffirmative, telles les écoles, maison d'accueil pour femmes violentées, services de toxicomanie, les ressources d'accueil pour les jeunes et les services de santé mentale. C'est aussi dans la mission de Trans Mauricie/Centre-du-Québec de vous fournir l'aide nécessaire pour adapter votre environnement.


Trans Mauricie/Centre-du-Québec prépare pour l'automne un congrès pour tous les professionnel.le.s de la santé et services sociaux, scolaires et communautaires qui souhaitent trans-former leurs services afin d'assurer des services adaptés aux besoins des personnes trans et non-binaires. Nous espérons que l'année 2023 sera celle de la TRANS-FORMATION et de L'INCLUSION pour tous en Mauricie/Centre-du-Québec.


Trans Mauricie/Centre-du-Québec, est fier d'être le premier organisme à organiser un congrès au Québec pour les professionnel.le.s de la santé et des services sociaux, scolaires et communautaires sur les bonnes pratiques trans affirmatives. Nous souhaitons voir une participation massive de la part des professionnel.le.s de la Mauricie et Centre-du-Québec.


« Démarquons-nous en Mauricie/Centre-du-Québec dans l'inclusion des personnes trans et non-binaires ! ».




En attendant notre invitation, surveillez notre page Facebook https://www.facebook.com/transmcdq













42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page