top of page
Rechercher

STOP SUICIDE

Dernière mise à jour : 8 févr. 2023



Semaine de prévention du suicide du 5 au 11 février 2023


Les personnes trans et non-binaires sont confrontées à des facteurs de stress uniques, notamment le stress que certaines personnes trans ressentent lorsque leur identité de genre n'est pas affirmée. Les personnes trans subissent également des taux de discrimination et de harcèlement plus élevés que les personnes cisgenres et ont une moins bonne qualité de leur santé mentale. Ils sont donc beaucoup à risque de suicide.


Selon plusieurs témoignages de personnes trans ayant eues les services de Trans Mauricie/Centre-du-Québec, disent souffrir de dépression majeure. Ces personnes sont confrontées quotidiennement au stress d'appartenir à une minorité, ainsi que le stress de ne pas se reconnaître dans le genre assigné à leur naissance et de faire face à une société qui ne s'adapte pas rapidement à leur inclusion.


Qu'est-ce qui affecte particulièrement les personnes trans :

  • Stress dû aux impacts négatifs de la transition

  • Stress dû à de longues attentes du traitement de la dysphorie médicale

  • Stress de ne pas pouvoir transitionner

  • Expérience de transphobie vécue sous forme de harcèlement physique ou verbal, d'agression physique ou sexuelle

  • Pas de soutien de la part des parents et des autres membres de la famille

  • Pertes, deuils (perte emploi, rejet de son/sa conjoint.e, rejet des ami.es)

  • Préjugés institutionnels

  • Dépression, anxiété

  • Consommation excessive d'alcool et/ou de drogues

  • Isolement

  • Itinérance

Les jeunes trans sont largement surreprésentés dans la population de jeunes sans-abri au Québec; on dit qu'environ 30 % des jeunes sans-abri s'identifient comme LGBT comparativement à 5 à 10 % des jeunes non-sans-abri. Les refuges devraient aménager des espaces sûrs pour tous les jeunes, quelle que soit leur identité sexuelle ou de genre. Le personnel devrait être formé et ce n'est pas toujours le cas.


La décision de faire une transition médicale ( hormonothérapie et chirurgie ) peut être très stressante. Cependant, plusieurs personnes trans affirment qu'une fois la transition terminée, la transition leur a sauvé la vie.


Alors que certaines personnes trans vont vers la transition médicale, d'autres n'ont pas cette chance pour des raisons de santé, ils choisiront pour certains de faire la transition sociale en changeant leur nom et/ou leur mention de genre.


Choisir son propre nom a des effets positifs sur la santé mentale d'une personne trans. Un étude a montré que "le fait d'avoir ne serait-ce qu'un seul contexte dans lequel un nom choisi pouvait être utilisé était associé à une diminution de 29 % des pensées suicidaires" (Russell, et al, 2018).


Comment mieux soutenir les personne trans

  • Soutien de Trans Mauricie/Centre-du-Québec et à d'autres soutiens scolaires, employeur, ami.es

  • Relations de soutien solides avec la famille

  • Transition médicale terminée si la transition est souhaitée

  • Soins de santé mentale et soins de santé efficaces

  • Lien avec la communauté trans

  • Fierté de sa propre identité de genre

  • Connaissance de soi et acceptation

Les écoles doivent jouer un rôle essentiel pour mettre fin au harcèlement et à la discrimination transgenres dans les écoles, et au cours des dernières années, de nombreuses écoles ont fait appel à Trans Mauricie/Centre-du-Québec pour démystifier la transidentité dans les classes et former le personnel enseignant et les directions à la diversité de genre, et nous espérons que d'autres écoles vont emboîter le pas dans un avenir proche.


Notre formation et nos démystifications aident à créer un environnement où les élèves trans ainsi que les élèves en questionnement se sentent plus en sécurité, mieux accepté. Dans les écoles où Trans Mauricie/Centre-du-Québec à démystifier et former le personnel cela à réduit le risque de transphobie et, dans les cas de harcèlement, les élèves savent à qui s'adresser pour signaler un geste, une parole, un acte transphobe au personnel de l'école et le personnel est plus apte à intervenir.


Malheureusement encore, les personnes trans et non-binaires sont souvent victimes de discrimination dans les établissements de soins de santé , mais l'accès aux soins de santé est plus qu'essentiels pour les personnes trans et non-binaires, car celles qui souhaitent faire une transition médicale auront besoin de soins spécialisés.

.

Les personnes trans et non-binaires doivent recevoir un diagnostic de dysphorie de genre pour accéder à des soins de santé tels que l'hormonothérapie et la chirurgie. Les spécialistes de la santé, les psychologues, sexologues, psychiatres, les infirmières, les médecins généralistes, doivent renforcir l'accès aux soins de santé d'affirmation de genre, Il est urgent que les spécialistes et le personnel médical en santé soient formés à la diversité de genre et la santé trans devrait faire partie d'un programme obligatoire. Faites appel à Trans Mauricie/Centre-du-Québec pour recevoir votre formation adaptée.


Communiquez avec nous pour plus d'information sur nos formations, démystifications et sur l'aide que nous pouvons vous apporter pour adapter votre milieu aux personnes trans.

Mykaell Blais 819-313-7787


La prévention du suicide c'est de la viligeance sans relâche chaque jour de l'année.


La vie ne pose pas de question... et le suicide n'est pas une réponse, il y a toujours une solution, demande de l'aide.


Centre d’écoute et de prévention suicide Drummond (CEPSD)

Ligne d’intervention : 819 477-8855


source





17 vues0 commentaire
bottom of page