top of page

Je suis trans, je suis sans abri, j'ai besoin d'un refuge...


Vivre dans l'itinérance, l’hiver, à -20°Celsius et même parfois jusqu’à moins -40°Celsius c'est pas pensable . L’hébergement pour ces personnes devient essentiel.

Pourtant, il est fréquent d'entendre des témoignages de personnes trans sans abris qui se voient refuser l'accès aux refuges en raison de leur identité de genre auquel ils s'identifient parce que les refuges ne sont pas adaptés pour soutenir ces personnes et cela partout à travers le Canada.


''C'est difficile d'entendre de tels témoignages'' nous dit Samuel Desbiens, directeur général de Trans Mauricie /Centre-du-Québec. Se loger, se nourrir, se vêtir sont des besoins primaires auxquelles tous les êtres humains ont droit.

Selon les études les plus récentes, environ 10 % de la population canadienne s’identifie en tant que personne LGBTQ+. Selon certaines estimations, les jeunes LGBTQ+ représentent entre 25 et 40 % des jeunes sans-abri au Canada.

Cela signifie que près de 1 jeune sans-abri au Canada sur 3 s’identifie en tant que personne LGBTQ+.


Mais quelles sont les causes de l'itinérance des personnes trans ? En voici quelques-unes:


  • Rejet de leur famille après un coming out

  • Violence familiale ou conjugale

  • Problèmes de santé mentale

  • Perte de leur emploi après un coming out (mais encore faut le prouver)

  • Faible revenu - de 20,000$ par année

  • Refus d'un propriétaire de louer à une personne trans (mais encore faut le prouver)

  • Dans la rue, iels vivent encore plus de discriminations

  • La toxicomanie, alcoolisme

  • La prostitution

Il n’existe pas de refuge ou de maison d’hébergement exclusivement pour les personnes LGBTQ+ en situation d’itinérance encore au Québec. (Interligne)


Il existe des refuges uniquement pour les hommes cisgenres et des refuges uniquement pour les femmes cisgenres, les refuges mixtes ont des étages séparés pour les hommes et les femmes. La personne à l'accueil placera la personne selon sa perception du sexe de l'individu sans tenir compte de l'identité de genre affirmé autre que celle assignée à sa naissance. C'est ici que plusieurs personnes trans en début de transition sont rejetées pour ne pas avoir une identité de genre conforme à la norme cisnormative. C'est le cas aussi de nombreuses personnes non-binaires.


Le Canada est pourtant un des pays le plus ouverts à la communauté LGBTQ+. Il est donc très étonnant de voir qu'il y a si peu de refuges qui se sont adaptés à la communauté LGBTQ+.


En 2023, malgré les connaissances et la visibilité des personnes de la diversité de genre, les personnes qui travaillent dans la plupart des refuges n'ont pas reçu de formation sur les transidentités et sur les bonnes pratiques d'accueil. Ce n'est pas suffisant d'adapter son refuge aux personnes LGBTQ+, il est important d'avoir les bons outils et le soutien nécessaire pour maximiser la réussite d'inclusion des personnes trans et non-binaire. L'organisme Trans Mauricie/Centre-du-Québec est un allié incontournable dans votre initiative d'adapter votre refuge aux personnes trans. La formation est une étape essentielle pour garantir que tout le personnel comprenne les bonnes pratiques d’ouverture et intégrer les nouvelles directives dans la pratique quotidienne d'accueil.


Voici quelques exemples de bonnes pratiques à adopter dans votre refuge.

  • Utiliser les bonnes terminologies de la diversité sexuelle et de genre

  • Ne pas prétendre du sexe de naissance d'une personne

  • Abandonner le bonjour, Monsieur et Madame

  • Demander le pronom et nom choisi (ne pas mégenrer une personne trans)

  • Ne pas avoir de politique sur le code vestimentaire binaire

  • Ne pas utiliser uniquement la carte d'identité pour classer une personne dans un genre masculin ou féminin

  • Ne pas genrer vos toilettes

  • Mettre en place une politique antidiscriminatoire sur les diversités de genre

  • Adapter les formulaires à la diversité de genre (demander à une personne de se caser dans une case de genre qui ne lui convient pas est de la transphobie)



  • Placer un drapeau de la diversité sexuelle et de genre à l'accueil

  • Afficher les politiques d'inclusions de la diversité sexuelle et de genre à l'accueil

  • Se doter de politique contre les agressions physiques, sexuelles et psychologiques

  • Assurer une sécurité adéquate

  • Avoir parmi votre personnel, une personne issue de la communauté LGBTQ+

Samuel, trouve malheureux de constater qu'il y a encore si peu de reconnaissance des transidentités, Samuel rappel qu'en 2016, la Charte québécoise des droits et libertés de la personne a été modifiée afin d’ajouter l’identité de genre aux motifs de discrimination interdits afin de conférer une protection explicite aux personnes transgenres.


« Être trans n’est pas le problème. Le problème, c'est la réaction des gens : jeter à la rue les personnes trans, ne pas leur offrir de travail, ne pas les accueillir dans les refuges. Ils ont besoin d’une place dans la société, ils sont humains. Ce n’est pas si dur, les refuges doivent faire le premier pas. »


  • Votre personnel du refuge a-t-il besoin d'une formation sur les transidentités?

  • Avez-vous besoin d'aide pour adapter votre formulaire d'admission pour qu'il soit inclusif pour tous?

  • Avez-vous besoin de conseils pour adapter le refuge aux besoins des personnes trans et non-binaires?

  • Avez-vous besoin d'aide pour formuler des politiques contre la discrimination et la sécurité des personnes trans et non-binaire?

Beaucoup de gens pensent que d'adapter un milieu est complexe, et pourtant cela peut être très simple.


Faite appel à Trans Mauricie/Centre-du-Québec en contactant Mykaell Blais 819-313-7787, nous pouvons vous formez et vous aidez à adapter votre refuge.


Tendez la main aux personnes trans et non-binaire pour mettre une fin à la transphobie.





40 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page