top of page

Je fais face à ma dysphorie de genre


Gérer sa dysphorie de genre au quotidien n'est pas chose facile. Vous traverser une période difficile, si vous avez besoin d'aide pour faire face à vos émotions engendrez par votre dysphorie du genre, n'hésitez pas à demander de l'aide chez Trans Mauricie/Centre-du-Québec. Nos intervenants Mykaell Blais 819-313-7787 secteur Trois-Rivières et Hayden Thiffault 819-531-8787 secteur Drummondville, des gars trans et sympathiques pourront vous écouter et vous soutenir autant que le besoin s'en fera sentir. Vous n'êtes pas seul.e.


Parler de ses émotions aide à les gérer, mais il y certains petits trucs qui peuvent vous aider à évacuer le stress, les pensées négatives dues à votre dysphorie.


S'exprimer par l'art

La création artistique aide à réduire le stress, les symptômes d'anxiété et de dépression que connaissent généralement les personnes souffrant de dysphorie de genre. Des recherches ont montré que le fait de s’adonner à l’art réduisait considérablement le taux de cortisol (l’hormone du stress) la création artistique s’apparenterait à la méditation. Elle oblige l’esprit à ralentir, à se concentrer sur les détails, et elle distrait notre cerveau des pensées envahissantes . Résultat? On se sent plus calme et moins anxieux.

  • Tenir un journal intime que vous décorez de dessins ou de collages

  • Dessiner même si vous n'êtes pas un as du dessin, internet est rempli de vidéo qui montre des trucs de dessins faciles et qui sait peut être comme Samuel Desbiens vous allez vous découvrir un talent caché.

  • La peinture sur toile, sur les vêtements ou les objets

  • Coloriage de mandalas, vous pouvez en imprimer une tonne sur internet

  • Chanter dans votre salon

  • Danser dans votre salon

  • Tricoter

  • Coudre

  • Tenir un blogue

Samuel nous dit '' Pendant ma transition, j'ai peint un paysage complet sur tout un mur de mon appartement, cela me permettait de me concentrer sur autre chose que ma dysphorie et me calmait, j'aimais cela. En peignant mon mur, j'ai dessiné des personnages qui vivaient mes émotions. Savez-vous quoi, j'ai découvert à travers ma création que moi aussi j'étais une oeuvre d'art unique en quelque sorte, que rien ne pouvait être plus beau que la découverte du moi final comme la fin de ma création sur mon mur. Ma création a amélioré mon bien-être en diminuant mes émotions négatives de la dysphorie et en augmentant mes émotions positives de ma transition.''


Une bonne séance d'exercice

  • De la course

  • Marcher dans la nature

  • De la musculation dans votre salon

  • Sur le net vous trouverez des programmes d'exercices gratuits

  • Jouer avec votre animal de compagnie, montrer lui de nouveaux trucs

Le fait de bouger transformera plus rapidement votre corps avec l'effet des hormones, un argument béton. De plus cela vous permettra de vous défouler.


La lecture


Les livres sont de bons compagnons selon Samuel pour penser à autre chose, détendent et diminuent le stress. Selon une étude de l’Université du Sussex, la lecture réduit le niveau de stress de 68 % et fonctionne encore mieux et plus rapidement que d’autres méthodes de relaxation comme écouter de la musique, faire une promenade ou prendre une tasse de thé.

Améliore l’humeur. Ne vous en privez pas.


Vos sens

Nos sens peuvent nous apaiser, réduire notre niveau de stress et nous rendre de meilleure humeur.

  • Allumez une chandelle avec votre parfum préféré et placer là près de vous

  • Cuisinez votre dessert préféré et savourez-le

  • Écoutez de la musique ou les sons de la nature

  • Coller votre peluche préférée ou votre animal de compagnie

  • Regardez des vidéos de bébés animaux

  • Regarder des vidéos drôles ou des films drôles

Un.e ami.e, un parent au bout du fil ou virtuel

Vous avez un.e ami.e, un parent qui vous comprend à qui vous pouvez téléphoner pour parlez de ce que vous ressentez dans vos gros rush de dysphorie.

  • Devenez membre de notre groupe Facebook secret pour personnes trans uniquement. Vous découvrirez des personnes près de chez vous pour vous lier d'amitié. Pour être admis contactez Mykaell Blais au 819 313-7787 il vous indiquera la démarche à faire.

  • Venez-vous joindre à nous dans le groupe de discussion de Trans Mauricie/Centre-du-Québec tous les jeudis soir de 18h30 à 20h00 venez chercher votre lien dans notre page Facebook: https://www.facebook.com/transmcdq

  • Participer aux activités organisées par Trans Mauricie/Centre-du-Québec une bonne façon de se faire un bon réseau d'ami.e.s, suivez-nous sur Facebook: https://www.facebook.com/transmcdq pour connaître les dates et lieux de nos activités.

Se créer un bon réseau d'ami.e.s vous offre un autre type de soutien dans votre parcours, l'expérience de transition de d'autres personnes trans peut s'avérer utile en conseils et trucs de la gestion de la dysphorie de genre, elles font face ou ont fait face aux mêmes problèmes que vous dans leur parcours.


J'en peux plus, je vais explosé.e

Vous vivez un moment de dysphorie et d'anxiété extrême que vous n'arrivez plus a contrôlé et rien de vos trucs arrive à vous calmer avant de faire un geste irréfléchi fait appel à nos intervenant.e.s de Trans Mauricie/Centredu-Québec tous les jours de 9h à 16h (si pas de réponse immédiate faite appel à interligne 1 888 505-1010 (sans frais). On tient à vous.


Je met une distance entre mes réactions et la situation

En tant que personne trans Samuel témoigne '' J'aurais tant aimé pouvoir tout contrôler dans mon parcours trans pour ne pas être blessé, j'ai rapidement réalisé que cela était impossible de prendre le contrôle de tous les dires, de tous les actes et de tous les regards indiscrets et pensées transphobes des gens sur ma transitude. Quand, j'ai enfin compris que mon parcours transidentitaire était ma seule chance de réussite pour ma survie, je me devais de transitionner pour mon bonheur et mon bien-être, c'est pour moi seul que je faisais ce parcours. C'est à moi seul que j'imposais le choix de la transition, en y réfléchissant bien, je n'avais aucun droit de m'imposer à qui conque ne m'acceptait pas. Au début, j'ai commencé par mettre une grande distance avec les situations et les personnes qui m'empêchaient de progresser dans mon parcours. Toutefois, certaines situations étaient inévitables le temps que j'ai un bon passing et mes pièces d'identité à mon nom choisi. Peu à peu avec un peu plus d'assurance et de confiance, je prenais la chance d'expliquer aux gens les effets négatifs d'être mégenré et j'ai été souvent agréablement surpris de constater un belle ouverture de la part des gens. Tout est dans la façon de le dire avec un respect de soi et de l'autre. Je me suis fait beaucoup plus respecter en expliquant avec douceur qu'en étant en colère.''


Il est important de vous créer un bon réseau de personnes qui vous aiment et qui vous aident à progresser.

43 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page